Les sites d’annonces automobiles:

– Autoscout24.de                                                                – Automobile.de

 

Ces deux sites internet sont les plus intéressants, autoscout24 étant indiscutablement la référence. Tous les professionnels sérieux y sont présents, ce qui ne veut pas dire pour autant que tous les professionnels présents sur le site sont sérieux !

automobile.de est aussi un bon site, vous y retrouverez d’ailleurs beaucoup d’annonces en doublon avec autoscout24.de

Autres sites:

    1. Mobile.de
    2. Auto.de
    3. Le Parking

 


Triez les annonces:

Voici quelques petites astuces qui vous permettront de faire le tri parmi les dizaines d’annonces que vous consultez, et qui vous aideront à repérer celles qui sont sérieuses et intéressantes, en un clin d œil.

Quelques éléments présents dans plus de 80% des annonces provenant de vendeurs sérieux, professionnels et honnêtes :

    • Un descriptif dans « fahrzeugbeschreibung » (description du véhicule du vendeur).
    • Le vendeur décrit ici, dans le détail, le véhicule, son état, son entretien…
    • Le vendeur fait mention du carnet, et/ou de factures, d’entretien (Scheckheftgepflegt/servicebuch/Scheckheft)
    • Des photos du véhicule ; elles peuvent ne pas être nombreuses si c’est un particulier. Pour un professionnel, l’intérieur du véhicule doit être propre, pas de terre au sol, ou de papiers qui traînent.
    • Les coordonnées du vendeur, et son numéro de téléphone. Attention à vendeurs que l’on ne peut contacter que par émail.
    • Pour un professionnel, allez voir ses autres véhicules à la vente, en cliquant sur : « Alle fahrzeuge des anbieters« . Voir son parc VO vous en dira plus sur sa façon de travailler, et son professionnalisme.

Contactez le vendeur:

Cela sera, bien sur, plus facile si vous parlez allemand ! Les allemands ne sont pas tellement polyglottes, et ne sont pas très à l’aise que ce soit en anglais ou en français. Vous pourrez toujours tenter votre chance : on ne sait jamais !
Avant de téléphoner, faites-vous une liste de questions importantes (il s’agit là des questions dont les réponses vous feront continuer, ou bien arrêter, la conversation).

Voici une liste de questions pertinentes :

    • La voiture est-elle encore disponible ? En effet, la question semble bête, mais il est inutile de parler 10 mn au téléphone avec le vendeur pour apprendre en fin de communication que le véhicule est pratiquement vendu. Certains vendeurs ne le disent pas tout de suite !
    • Faites-vous confirmer les caractéristiques principales : modèle, année, kilométrage, équipement, juste au cas où il y aurait une erreur sur l’annonce.
    • Informez-vous sur l’état général du véhicule : carrosserie (rayures, coups…), intérieur (fumeur ou pas, trou, déchirures…), climatisation, vitres électriques, fermeture centralisée, … demandez si tout fonctionne ! Enfin, renseignez-vous s’il y a des frais mécaniques à prévoir, de type plaquettes et disques de freins, embrayage, pneus…
    • Demandez s’il y a un historique d’entretien pour le véhicule qui vous intéresse (carnet et/ou factures), si celui-ci a été suivi dans la maison mère, ou dans un garage multi marques. enchaînez en demandant quand a été faite la dernière révision (kilométrage et date), et si la courroie de distribution a été changée, ou bien si elle reste à prévoir (s’il s’agit d’un véhicule dont le moteur fonctionne avec une courroie évidemment)
    • Enfin, si toutes les informations recueillies vous donnent une bonne impression, et vont donc dans le sens de vos recherches, demandez s’il y a une marge de négociation sur le prix.

A savoir : si vous êtes du genre angoissé, ou un peu maniaque, et que votre liste fait deux fois celle décrite ci-dessus,  rappelez le vendeur une seconde fois, afin de finir de lui poser toutes vos questions… vous risqueriez sinon de le lasser, pire de lui faire croire que vous êtes un client à problèmes. Il pourrait alors se bloquer, surtout si l’affaire et bonne et qu’il a d’autres acheteurs potentiels qui posent moins de questions.

Récupérer les documents:

Si le vendeur vous semble conciliant, et que cela est possible, essayez de vous faire envoyer par émail une numérisation des documents propres au véhicule, ainsi que du carnet et/ou des factures d’entretien. Si le vendeur n’y voit pas d’inconvénients, cela prouve qu’il n’y a rien de douteux à cacher.

A savoir: Attention, beaucoup de particuliers n’ont pas de scanner chez eux, de plus particuliers ou professionnels peuvent craindre une utilisation abusive des documents envoyés, après tout ils ne vous connaissent pas ! Soyez donc indulgent si vous obtenez rien…
Dans le cas où l’on vous transmet la copie des documents, assurez-vous de la concordance de ceux-ci avec l’annonce : année, modèle, nombre de mains, le kilométrage, etc.

Aller voir le véhicule:

Nous abordons un point délicat : se déplacer ou faire confiance ? Dans l’absolu, il est toujours préférable de voir le véhicule, avant un achat éventuel. Il faut toutefois tenir compte du fait que cela à un coût de temps et d’argent.

Si vous optez pour le déplacement : anticiper ! Prévoyez le pire : vous arrivez sur place et la voiture ne correspond pas à la description faite par le vendeur, ou encore celui-ci ne vous semble pas sérieux ! Alors, comme vous avez lu nos conseils avant de vous rendre sur place, vous aurez sélectionné deux ou trois autres véhicules qui pourraient vous intéresser, et vous tenterez votre chance ailleurs ! Vous aurez bien sur prévu pour ce périple, non pas une journée, mais deux (si vous le pouvez). De cette manière, vous auriez le temps de voir les autres occasions qui auraient retenues votre attention.

Enfin, toujours dans le cas où vous décidiez de vous déplacer, pensez à tenir compte des frais occasionnés, dans votre budget, et à les déduire de l’économie prévue (par rapport à un achat en France) sur le ou les véhicules sélectionnés (en effet, prenons l’exemple d’un véhicule proposé à la vente 5000€ en Italie, au lieu de 6500€ en France.. si vous habitez Lyon, que le dit véhicule se trouve à Turin, et que vous effectuez deux déplacements, peut-être vaut-il mieux l’acheter en France…).

Là aussi, avant de faire le déplacement, assurez-vous bien du sérieux du vendeur, et si des doutes vous assaillent: laissez tomber et cherchez une autre voiture.

Essai du véhicule:

Vous y voilà, vous êtes en Allemagne, dans le garage vendeur, devant la belle qui vous fait rêver depuis plusieurs jours ! Gardez la tête froide, et procédez de manière organisée:

  • inspecter l’extérieur de la voiture lentement (carrosserie, optiques, rétroviseurs, pneus, disques de freins…). Jetez un coup d oeil en dessous si possible, attention au sel qui ronge les dessous de caisse en Allemagne!
  • inspecter l’intérieur du véhicule en regardant bien, les sièges, les plastiques de portes, la moquette (attention aux traces d’humidité), le ciel de toit ; puis assurez-vous que tout fonctionne (vitres électriques, climatisation, fermeture centralisée des portières, GPS, frein à main, qu’il n’y a pas de voyants allumés au tableau de bord,…).
  • Enfin, faites un essai sur route. écoutez bien si il y a des bruits qui vous semblent anormaux, passez toutes les vitesses (ainsi que la marche arrière), freiner fort, testez l’autoradio…
  • De retour au garage, vérifiez les papiers originaux du véhicule, ainsi que le carnet et les factures d’entretien.

Réservez la voiture:

Si vous n’avez pas fait le déplacement, demandez un bon de commande par émail au vendeur, et retournez-le signé, en effectuant un versement par virement bancaire (ne dépassez pas 500 ou 1000€ sachant que vous n’avez pas vu la voiture).

Si vous êtes sur place, alors signez tout simplement le bon de commande et laissez un acompte, ou des arrhes.
Dans les deux cas de figure, mettez-vous d’accord avec le vendeur au moment de la réservation, sur la date de livraison.

Payez la voiture:

Tout d’abord, si vous n’avez pas fait le déplacement, gardez-vous une petite somme à régler au vendeur sur place, en espèces (500 ou 1 000€,) au cas où il aurait omis de vous signalé un défaut sur le véhicule. Trois moyens de paiement existent :

Trois moyens de paiement existent :

  • Les espèces : en Allemagne sont acceptées, mais attention à la douane, renseignez-vous sur le montant maximum autorisé.
  • Le chèque : les frais sont importants, et le délai d’encaissement très long pour un allemand. Rares seront les vendeurs qui l’accepteront.
  • Le virement bancaire : il est de loin le moyen de paiement le plus sur : pas de risque de perte ou de vol (contrairement au chèque, ou aux espèces), de plus, une trace persiste sur les deux comptes en banques (contrairement aux espèces), et vous pouvez l’effectuer à distance…

Il vous faudra régler le véhicule deux à trois jours avant d’aller le chercher, car le vendeur doit ensuite effectuer une radiation administrative, et commander les plaques de transit, si vous comptez la ramener par la route (voir  » importation mode d’emploi » et « ramener la voiture » ci-dessous)

Rapatrier la voiture en France:

Avant de vous laisser partir avec votre nouvelle acquisition, le vendeur effectue une radiation: il va tout simplement dans une préfecture allemande, avec les papiers originaux et les plaques d’immatriculation ; il en repart avec les papiers originaux portant une annotation mentionnant que le véhicule est désormais radié des fichiers de véhicules allemands (Abmeldung eines Kfz). La voiture n’a plus le droit de circuler sur le territoire allemand, hormis avec des plaques de transit.

La plaque Ausfuhrkennzeichen permet le retour en France, contrairement à la plaque Kurzkennzeichen qui ne permet que d’aller à la frontière. Elle sera valable de 5 jours à plusieurs mois. Son coût : environ 200€. Une assurance provisoire nommée Versicherungs-Doppelkarte permettant de rapatrier la voiture pourra être contractée sur place ; son coût :environ 100€.

Les trois solutions 100% légales sont :

  • Ramener votre automobile sur une remorque, ou encore sur un camion plateau que vous pouvez louer avec votre permis B (permis voiture). Le coût de la location est en moyenne de 100€ la journée, avec 100km inclus.
  • Ramener votre automobile par la route avec plaque de transit et assurance contractée en Allemagne.
  • S’adresser à un transporteur professionnel qui effectuera le rapatriement du véhicule d’Allemagne en France pour vous.

 

Une fois en France:

Se présenter en préfecture avec, en plus des documents habituels (ci, justificatif domicile…):

    • Zulassungsbescheinigung Teil I ainsi que le Zulassungsbescheinigung Teil II.
    • Quitus fiscal (à demander auprès de son centre des impôts).
    • COC (certificat de conformité européen, à demander auprès du constructeur, ou par le biais d’un site spécialisé.
    • Contrôle technique français, effectué depuis moins de 6 mois.
    • Facture d’achat, ou cession de vente (si le vendeur est un particulier).